• Pointe Marie (3313m)

    depuis le pied du Refuge d'Avérole (2077m)

    dénivelé cumulé : 1236 mètres

     

     

    2h52 ! Se lever à 2h52 pendant les vacances ! Il faut vraiment être marteau ! Et en plus,  j'étais de très bonne humeur dès les premières secondes de conscience ! 

    Paul Féval écrivait : "Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère viendra à toi !". En montagne, c'est la même chose. C'est au randonneur d'aller chercher le sommet, avec son courage, ses tripes, sa force, son humilité. 

    L'ascension de la Pointe Marie nécessite, côté français, la traversée du Glacier d'Arnès. Il est primordial de marcher sur un glacier dur, qui accroche les crampons, qui n'est pas mou du fait de l'heure trop avancée de la journée. Donc, qui dit glacier dit réveil très tôt.

    Pour l'anecdote, mes parents, soeur et frère m'ont offert une "sortie en haute montagne accompagnée d'un guide" pour mes vingt ans. Ils ne pouvaient pas me faire plus plaisir. Je n'avais jamais franchi la barrière entre randonnée et alpinisme, c'était une grande première. L'une de mes premières actions en arrivant en vacances en Haute-Maurienne au mois d'août a été de m'inscrire au Bureau des Guides. Vingt quatre heure plus tard, l'heureuse Élue était connue : la Pointe Marie.

    Se garer au Parking de Vincendières et rejoindre le Refuge d'Avérole, soit la veille au soir et passer la nuit au Refuge, soit le matin de très bonne heure. Compter 1h30 entre parking et refuge. Il existe une troisième option : se faire accompagner d'un guide. Le nôtre nous a emmenés en voiture jusqu'au pied du Refuge. Les problèmes étaient règlés.

    Du refuge, suivre le sentier qui rejoint le Torrent d'Arnès et qui monte en le longeant rive droite.

    Pointe Marie

    Le sentier longe le torrent d'Arnès Rive Droite, donc apparaît ici à gauche du cours d'eau.

     

    Au bout de deux bonnes heures, le sentier laisse sa place au Glacier d'Arnès.

    Sur le Glacier, toutes les précautions sont nécessaires, à l'exception du piolet. Chausser les crampons et s'encorder. Monter le Glacier en visant le Col d'Arnès, avant de le laisser et de monter à droite. Juste en dessous de la Pointe Marie, facilement reconnaissable, s'engager dans la petite avancée de glace au milieu des roches, puis gravir les derniers mètres rocheux.

    Pointe Marie

     

    Admirez la mer de nuages qui couvre le Piémont, voyez la splendeur des hauts sommets Savoyards, savourez le Bonheur d'avoir accompli une très jolie course de haute montagne.

     

    Pointe Marie

    Il Lago della Rossa, 600 mètres plus bas.

    Et une journée nuageuse pour nos amis Piémontais !

     

    Pointe Marie

     

    Pointe Marie

    Dôme de Chasseforêt (3586m), Grand Roc Noir (3582m), Pointe du Vallonnet (3539m), Pointes de la Frêche (3467m), Pointes du Châtelard (3479m et 3434m)(voir topo), Pointe de Tierce (2973m)(voir topo), Pointe de la Grande Casse (3855m), Grande Motte (3653m), Croix de Dom Jean Maurice (3146m), Ouille Allegra (3130m)(voir topo), Signal et Pointe de Mean Martin (3330m et 3315m), et au fond à droite, le Mont Pourri (3779m)

     

    MENTION SPECIALE au guide qui nous a accompagnés. Il se prénomme Jean-Claude et dépend du Bureau des Guides de Bessans. Véritable passionné de montagne et de Haute-Maurienne, il cumule expérience et sympathie avec un grand professionnalisme. Toujours de très bonne humeur, c'est un véritable plaisir d'être de sa cordée. Merci à toi, Jean-Claude, et à bientôt pour une nouvelle ascension : Petite Ciamarella, Albaron...

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique