• Tentative échouée

    de l'ascension de la Grande Aiguille Rousse (3482m)

    (abandon vers 3150m)

    depuis le Parking de l’Écot (2027m)

    dénivelé cumulé : 1120 mètres environ

     

    Grande Aiguille Rousse

     

     

    Admirées depuis plusieurs années, dans la catégorie des randonnées probables en 2013 (la Levanna Occidentale leur avait finalement grillé la politesse) puis dans celle des randonnées certaines en 2014, les Aiguilles Rousses (3482m et 3432m) étaient l'une des priorités l'été dernier. C'est donc fidèle à mon programme que je me mis en marche vendredi 8 août 2014. La traversée d'un troupeau de vaches, bien installées sur le sentier en aval du Pont du Montet, et le passage à proximité d'un taureau, bien costaud et assez fier, représentaient la première difficulté du jour. J'arrivais ensuite à Plan Sec, et l'aventure commença vraiment, car je quittai le bon sentier si familier du Refuge du Carro.

     

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

    Je pris le sentier de gauche, en direction du Pont de l'Oulietta,

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

    franchis le Ruisseau de Plan Sec, puis le Ruisseau de la Ravine,

    juste avant de monter hors sentier direction Nord-Ouest,

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

    pour rejoindre un petit Lac sans nom (2867m).

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

    Le Vallon sous le Col du Montet s'ouvrit, je pris la sente, bien visible à l'extrême droite de la photo,

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

    juste pour contourner par la gauche cette belle barre rocheuse,

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

    et j'attaquai une montée raide, glissante, assez courte.

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

    Arrivé sur le plateau supérieur, j'avançai doucement vers les Aiguilles Rousses,

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

    et j'entrepris la montée vers le Col entre les deux Aiguilles.

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

     

     

    Puis il y eut ce névé... du même type que celui qui avait blessé Papa trois jours plus tôt.

    La neige semblait épaisse à la base du rocher, et si elle était molle, je pouvais me faire mal...

    et j'étais absolument seul !

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

     

     

    Et il y eut aussi ce Col, ce Col sous la neige...

    Echec à la Grande Aiguille Rousse (3482m)

    La neige, entassée par les vents dominants, formait un véritable mur vertical, fermant l'accès au Col.

    Et la limite de la neige était dans des pentes bien trop inclinées pour pouvoir la suivre prudemment dans le but d'atteindre directement la Grande Aiguille Rousse.

     

     

     

    Les Aiguilles Rousses n'étaient pas en condition en ce 8 août 2014, la Montagne fut de loin la plus forte.

     

    "L'avantage d'une montagne, c'est qu'elle est encore là l'année suivante", me disait un randonneur en 2013, un sage qui avait été contraint d'annuler sa course d'alpinisme à cause du brouillard.

     

    Oui, je reconnus ma défaite, avec la Joie d'avoir tenté la réalisation d'un projet audacieux et fantastique. L'itinéraire est quand même bien exploré, il y aura moins de perte de temps lors de la prochaine ascension.

    Et je pourrais bien être accompagné de ma Fiancée, mais aussi de Papa, à la recherche d'un nouveau haut sommet dans l'année de ses soixante ans.

     

     

    Dans le Soleil de ce très beau projet, voici quelques belles photos prises lors de la première tentative d'ascension des Aiguilles Rousses :

     

    fleurs de montagne

    Haute Maurienne

    bouquetin

    bouquetin

     

    Léon, fâché, enthousiaste à l'idée de monter...

    mascotte en montagne

     

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique