• Hors Sujet (quoi que...)

     

    Trente-trois mois ! Trente-trois mois qu'elle était mienne. Elle allait souffler sa huitième bougie cet été. Elle était belle, rutilante, brillante, entretenue. Elle était la meilleure des petites citadines, et mon amie lors de maints dangers. Très maniable, elle rendait les croisements faciles sur la petite route du Mont-Cenis ou de l’Écot. Avec ses cinquante-quatre chevaux, elle montait sans broncher à l'Orgère, aux Barrages d'Aussois, au Parking de Bellecombe, au Col de l'Iseran... Elle me permettait de rejoindre le point de départ de mes nombreuses et fantastiques ascensions, et la retrouver le soir après cinq, six, huit, dix heures de marche était un grand soulagement. C'était avec elle que je me laissais emporter par mes pensées, revivant toutes les merveilleuses scènes de la randonnée tout juste terminée. Elle hébergeait continuellement les bâtons télescopiques, les lunettes de soleil, et même la petite fleur séchée qui provenait du bord du sentier menant à la Pointe de Tierce et arrachée maladroitement et involontairement ce fameux 27 juin 2012, mais conservée bien évidemment.

    La fatigue la gagnant progressivement, il a été décidé de la changer, non sans tristesse. Alors, bien sûr, une nouvelle vie, certainement plus calme, l'attend. Mais celle qui fut ma première voiture, celle qui fut une actrice essentielle de mes sorties en montagne est à jamais inscrite dans mon histoire, et mérite ce bel hommage. La voilà rejoignant toutes nos voitures aimées qui nous ont conduits dans le Val d'Arc, au travers de nos plus beaux et de nos plus chaleureux souvenirs : Citroën GSA, Peugeot 405 blanche, 405 verte, 307 et 308.

    Merci, ma Fiat Panda...

     

    Fiat Panda Bella

     

     


  • Commentaires

    1
    Souriceau
    Vendredi 14 Mars 2014 à 21:38

    Bel hommage vibrant qui me fait monter quelques larmes !

    Je crois que je n'aime pas les pages qui se tournent... tout simplement... trop ancrée que je suis dans l'existant...

    2
    Mardi 18 Mars 2014 à 18:12

    Bien sûr, le passé nous marque, nous façonne, nous enseigne, nous assagit, nous enrichit. Mais l'avenir est devant nous. Il faut avancer, sans renier tout ce qu'on a pu aimer...

    3
    Dr Léon
    Vendredi 9 Mai 2014 à 12:14

    Et Berthe, avant que tu ne fus ! C'est effectivement notre 2 CV qui m'a amené au Col de l'Iseran, en 1984, amour naissant, mais amour caché, de la Vanoise, belle également de mes rêves antérieurs, jamais réalisés ! Et, en ce jour mémorable, Souriceau et le petit Nicou cachée ont passé une demi journée à Val d'Ise !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :